Articles contenant le tag espagne

Louise Bourgeois dévoilée au Guggenheim

« L’espace n’existe pas ; il n’est qu’une métaphore de la structure de notre existence ». Louise Bourgeois

Expo au Guggenheim jusqu’au 4 septembre 2016

IMG_0724

L’âme prend feu !

Donne-moi un bisou colibri, car quand on arrête d’aimer l’âme prend feu. Chacun avec son propre crayon et on partage le papier. Elle s’habille en noire moi en gris, elle va à droite moi à gauche. Un pied commence à fatiguer, les yeux, les mains, les coeurs ne trouvent pas les miens. A bientôt, on se vera, on vera, moi je veux bien voir, boire, croire et actuar.

IMG_0736

IMG_0735

IMG_0734

IMG_0723

, , , ,

Pas de commentaire

Urban Safari 11 – Du Pays Basque à Madrid

Petites légumes du ciel torride font lever la marée de San Sebastian, le vas et viens éternel, constant, comme la pluie horizontale. Du sable dans les idées, que vais-je faire avec ? Une mère changeante, de fois oubliée mais pas complètement. Verte et imposante montagne qu’habille le ciel et ne mets pas de sous-vêtements, visages perçants et marches rapides au pas galopant, croisent les voyageurs de ce pays de pêcheurs. Baleine, petite baleine, merci de nous avoir nourri avec ton élan éteint. Un Pays Basque de douceur battante.

Et quand la lumière a donné l’état du ciel, les dieux avec une énergie décadente ont dit : à boire et à bouffer que le monde va bientôt finir. 

Verduritas del cielo torrido hacen crecer la marea de San Sebastian, el va y ven eterno, constante, como la lluvia horizontal. Arena en las ideas, qué voy a hacer con esto ? Un mar cambiante, a veces olvidado pero no completamente. Verde e imposante montaña que viste el cielo y no pone ropa interior, rostros que perforan y pasos rápidos galopantes, cruzan a los viajeros de este país de pescadores. Ballena, ballenita, gracias por habernos alimentado con tu elan apagado. Un País Vasco de dulzura oscilante.

Y cuando la luz ha dado el estado del cielo, los dioses con ánimo decadente han dicho : a beber y a tragar que el mundo se va a acabar.

Espagne 2016 ©

Bilbao 2016 ©

 

IMG_0761

IMG_0762

IMG_0776

IMG_0777

IMG_0835

IMG_0836

IMG_0837

IMG_0838

IMG_0846

IMG_0847

IMG_0851

IMG_0887

IMG_0935

, ,

Pas de commentaire

urban safari 4 -Espagne-

, ,

Pas de commentaire

Anish kapoor au Guggenheim, la suite…

Tirs au coin, entre deux lignes complètement perpendiculaires, triangle de sang, toi qui supportes les shoots, les boums, bangs, baams, le rythme des d’jambés, la gloire des canons, cire rouge, cire de sang, poupée de cire, tirs au coin. Au deuxième étage du Guggenheim, prenez vos billets, c’est question de vie et de mort, le tout dans la même salle.

Je vous laisse y aller… et me dire ce que vous en pensez. L’échauffourée, là là là

Shooting into the Corner, entre dos líneas completamente perpendiculares, triángulo de sangre, tú que soportas los shoots, los booms, bangs, baams, el ritmo de los d’jambés la gloria de los cañones, cera roja, cera de sangre, muñeca de cera, tirando en la esquina. En el segundo piso del Guggenheim, tomen sus boletos, es cuestión de vida y muerte, todo en la misma sala.

Tirs au coin (Shooting into the Corner), 2008-09 © www.guggenheim-bilbao.es

///

Tirs au coin (Shooting into the Corner), 2008-09 © Guggenheim

, , ,

Pas de commentaire

Anish Kapoor, merde de ciment, expose au Guggenheim

Guggenheim Bilbao

Même si la carcasse-enveloppe  est destinée à t’appartenir, je sens le parfum de la liberté venir me voir.

Aún si el cuerpo-envoltura esta destinado a pertenecerte, siento el perfume de la libertad venir a verme.

Musée Guggenheim. Bilbao. © garoli

La matière tactile profite du jeu sur le volume, le concept du vide et la merde en ciment; le tout présenté grâce aux  installations de Anish Kapoor. Artiste né à Bombay (Inde) en 1954, Anish expose au Musée Guggenheim Bilbao jusqu’au 12 octobre 2010.

El material táctil aprovecha el juego del volumen, el concepto del vacío y la mierda de cemento; todo presentado gracias a las instalaciones de Anish Kapoor. Artista nacido en Bombay (India) en 1954, Anish expone en el museo de Guggenheim Bilbao hasta el 12 de octubre de 2010.

Greyman pleure, shaman meurt, volutes de fumée, beauté évoquée (Greyman Cries, Shaman Dies, Billowing Smoke, Beauty Evoked), 2008-09 Ciment, 48 parties Dimensions totales variables Courtoisie de l’artiste Installation : Royal Academy of Arts, Londres, 2009 Photo : Erika Ede © FMGB Guggenheim Bilbao Museoa, 2010

Matériaux hautement réfléchissants, Œil pour Œil, amour pour amour dans un corps à corps entre cire et ciment ou un tête à tête immatériel noyé dans des reflets, produisent une déformation de la réalité et des expériences uniques. Formes entropiques en ciment, je prends un verre sur la piscine au 3ème étage d’un grand hôtel de grand luxe pendant que mes robots font de la merde en ciment, et le tout pour rien, pas de réflexion, seulement de la production de volutes de fumée; c’est l’industrie d’une nouvelle beauté, les ciments de merde serviront à quelque chose.

Anish Kapoor du 16 mars au 12 octobre 2010, au Musée Guggenheim Bilbao.

Materiales altamente reflejantes, ojo por ojo, amor por amor en un cuerpo a cuerpo entre parafina y cemento, o un cara a cara inmaterial ahogado en los reflejos que producen una deformación de la realidad y experiencias únicas. Formas entrópicas de cemento. Tomo un vaso en la alberca del tercer piso de un gran hotel de lujo mientras mis robots hacen mierda de cemento, y el todo por nada, sin reflexión, solamente la producción de espirales enfumadas; es la industria de una nueva belleza, los cimentos de mierda serviran para algo.

Anish Kapoor del 16 al 12 de octubre 2010, en el museo Guggenheim Bilbao.

, , , ,

Pas de commentaire