Articles contenant le tag Mexique

Musa à Guadalajara

  El museo de las artes de Guadalajara presenta Sergio Arau . Lo naco se vuelve chido .

“Esta es la primera vez que Arau expondrá su trabajo en un museo. Su propuesta artística comenzó en la década de los años setentas con la ilustración y el cartón político, sin embargo a lo largo de su trayectoria ha logrado desarrollar un estilo único en la pintura dentro de lo que podría considerarse arte kitsch, ya que desde sus inicios su obra ha buscado un activismo artístico que ha puesto en duda la cultura dominante para resignificar y empoderar a la cultura popular mexicana.”

Le musée des arts de Guadalajara présent :


Musée @ Guadalajara

, , ,

Pas de commentaire

Viva Mexico ! Frida de mi amor.

Ce n’est que le commencement /// No es más que el inicio

 

Nombre de Diego, nombre de amor. No dejes que le dé sed al árbol que tanto te ama, que atesoró tu semilla, que cristalizó tu vida a las seis de la mañana. TU FRIDA

 

Frida Kahlo. Fulang-Chang and I 1937

 

“Fulang-Chang and I depicts Kahlo with one of her pet monkeys, interpreted by many as surrogates for the children she and Diego Rivera were unable to conceive. The painting was included in the first major exhibition of her work, held at Julien Levy Gallery in New York in 1938. In the essay that accompanied the show, the Surrealist leader André Breton described Kahlo’s work as “a ribbon around a bomb” and hailed her as a self-created Surrealist painter. Although she appreciated his enthusiasm for her work, Kahlo did not agree with his assessment: “They thought I was a Surrealist but I wasn’t,” she said. “I never painted dreams. I painted my own reality”. Mary Sklar Bequest, 1987

 

Frida Kahlo. Self-Portrait with Cropped Hair 1940

 

“Si conserva alguna lucidez, entonces no puede dejar de mirar hacia su infancia, la cual, por muy dura que haya sido y torturada por sus educadores, no le parecera menos rica en encantos. La ausencia en ella de toda constricción le deja la perspectiva de muchas vidas vividas a la vez…El juicio a la actitud realista ha de hacerse después del juicio a la actitud materialista…” André Breton

 

«Si vous gardez un peu de clarté, vous ne pouvez pas arrêter de regarder son enfance, qui, peu importe la façon dont cela a été difficile et torturée par leurs professeurs, elle ne vous paraîtra pas moins riche en charmes. L’absence de constriction dans sa perspective permet de nombreuses vies vécus à une époque … le procès de l’attitude doit être réaliste après le procès de l’attitude matérialiste … “André Breton

, , , ,

Pas de commentaire

Rencontre d’artistes plasticiens mexicains résidant en France

Entre bandidos y deseos, entre multitudes y obras de arte, una corona y otra vez… México en el Instituto Cultural de México. Paris 2012.
Entre bandits et désirs, entre multitudes et œuvres d’art, une corona et encore une fois… Le Méxique à l’Instituto Cultural de México. Paris 2012.
Du 4 mai au 29 juin

Rencontre d’artistes plasticiens mexicains résidant en France


Coordination artistique : Bárbara Carroll De Obeso.

“Plus de vingt plasticiens mexicains résidant en France sont réunis à l’Instituto Cultural de México, vitrine éphémère de la création contemporaine mexicaine. Extraordinairement talentueux, précurseurs et engagés, ces artistes glorifient à travers leurs œuvres la richesse du tissu créatif mexicain caractérisé par son exubérante diversité et ses contrastes saisissants. Une formidable occasion pour le spectateur de découvrir, des créateurs émergents aux artistes consacrés, une palette visuelle au dynamisme prodigieux laissant entrevoir autant de différences naturelles que de surprenantes similitudes.”

“Más de veinte artistas mexicanos que residen en Francia se reunieron en el Instituto Cultural de México, escaparate  efímero de la creación artística mexicana. Precursores extraordinariamente talentosos y comprometidos, estos artistas glorifican a través de sus obras la riqueza de la tela creativa mexicana que se caracteriza por su exuberante diversidad y sus llamativos contrastes. Una gran oportunidad para los espectadores de descubrir, desde creadores emergentes hasta artistas consagrados, un abanico visual lleno de una dinámica prodigiosa que nos deja vislumbrar tanto diferencias naturales como similitudes sorprendentes. “

 

Vernissage

Vernissage

 

Carmer Mariscal. Les sept douleurs.

Ivan torres. Une arithmétique du plaisir.

 

Avelina Fuentes. Rhizome

 

 

La spirale de la vie. Daniela Prost

 

 

 

Bandidos. Meta. Mari Carmen Hernández

 

, , , , ,

Pas de commentaire

Horizontal Vertical

Diagonal L Teatro PRESENTA:

HORIZONTAL – VERTICAL

////

Basada en la novela de Sylvia Plath, “La campana de Cristal”
Con: Gabriela Cuevas y Beto Ruiz.

“Soy vertical
Pero preferiría ser horizontal […]
Yo, que estoy acostada, lo siento como algo natural.
Así es que el cielo y yo tenemos nuestras charlas,
y he de ser útil cuando yazca al fin:
por una vez, entonces, me tocarán los árboles,
y tendrán tiempo para mí las flores.”
Sylvia Plath

 

Parfois la lumière la plus vive émerge des endroits les plus sombres.

Horizontal Vertical © garoli

Sinopsis

HORIZONTAL-VERTICAL relata la crisis nerviosa sufrida por la joven Esther Greenwood, su intento de suicidio, los tratamientos de electroshock a que fue sometida y su hospitalización en una clínica psiquiátrica.

HORIZONTAL-VERTICAL, es un espectáculo de Teatro del Cuerpo inspirado en la novela “La Campana de Cristal” de Sylvia Plath, creado por Beto Ruiz y Justyna Tomczak en el año de 2009, como resultado del intercambio con artistas de Polonia, Luxemburgo y México.

HORIZONTAL-VERTICAL, es una puesta en escena para jóvenes y adultos, para espacios íntimos y con una duración aproximada de una hora.

 

En el Teatro Experimental de Jalisco los sábados y domingos de marzo

Sábados 10, 17 y 24, 20:30 horas.
Domingos 11, 18 y 25, 18:00 horas.

Costo

$100.00 general
$80.00 descuento para estudiantes, maestros, tercera edad, al Teatro en Bici, Escuela del Espectador y trabajadores universitarios.

La imagen del Evento y Cartel es cortesía y autoría de Mario Montaño.

Para saber +
Para mayores informes escribir a: artesescenicasyliteratura@gmail.com

 

Artes Escénicas y Literatura – Cultura UDG invitan.

/////

,

Pas de commentaire

Canada, au Mexique

C, del Proyecto CANADA, 2006, 60 x 70 cms., inyección de tinta en papel fotográfico

 RAMIRO CHAVES

 

A1, del Proyecto CANADA, 2006, 60 x 70 cms., inyección de tinta en papel fotográfico.

 

N, del Proyecto CANADA, 2006, 60 x 70 cms., inyección de tinta en papel fotográfico.

 

A2, del Proyecto CANADA, 2006, 60 x 70 cms., inyección de tinta en papel fotográfico.

 

D, del Proyecto CANADA, 2006, 60 x 70 cms., inyección de tinta en papel fotográfico.

 

A3, del Proyecto CANADA, 2006, 60 x 70 cms., inyección de tinta en papel fotográfico.

 

 

,

Pas de commentaire

United Noses point com

What make’s you really happy?

20111209-155731.jpg

20111209-155740.jpg

,

Pas de commentaire

La Fil Guadalajara

A la filosofía le ocurre lo que a la mala pintura, que imagina que la dignidad de una obra y la celebridad que adquiere depende de la dignidad de los objetos representados. Theodor W. Adorno, Mínima Moralia, 81.
20111204-142708.jpg

20111204-142733.jpg

20111204-142740.jpg

20111204-142747.jpg

20111204-142758.jpg
2011

, ,

Pas de commentaire

Terre Révolutionnaire par François Caron

Terre révolutionnaire – Mexique Sud

Le taco et Bukowski, le maïs et le fusil, la tête et le corps, la poudre et le courage, la terre et la liberté; ainsi soyons nous.

El taco y Bukowski, el maíz, y el arma, la cabeza y el cuerpo, la pólvora y el coraje, tierra y libertad, así seamos nosotros.

Huaraches

 

J’ai reçu des propositions [... ] pour que j’accepte un poste dans ce qu’on appelle le Gouvernement “provisoire”, et le poste que l’on m’offre est celui de vice-président de la République. Avant tout je dois dire que les gouvernements me répugnent. Je suis fermement convaincu qu’il n’y a pas, qu’il n’y aura jamais de bon gouvernement [... ] Je suis un révolutionnaire et le resterai jusqu’à mon dernier soupir. Je veux être toujours aux côtés de me frères, les pauvres, pour lutter avec eux, et non du côté des riches ni des politiciens, qui sont les exploitants des pauvres. Dans les rangs du peuple travailleur je suis plus utile à l’humanité qu’assis sur un trône, entouré de laquais et de politicards.

Source: La révolution mexicaine de Ricardo Flores Magón Spartacus, 2004 ( p.71)

“He recibido propuestas [...] para aceptar un puesto en el llamado gobierno” provisional “y la posición que se me ofrece es la de Vicepresidente de la República . En primer lugar debo decir que los gobiernos me disgustan. Creo firmemente que no hay, nunca habrá un buen gobierno [...] yo soy un revolucionario y lo seré hasta mi último aliento. Yo quiero estar siempre junto a mis hermanos, los pobres, para luchar con ellos, y no de lado de los ricos o los políticos, que son los explotadores de los pobres. En las filas de los trabajadores yo soy más útil a la humanidad que sentado en un trono, rodeado de lacayos y mercenarios. “

Fuente: La révolution mexicaine de Ricardo Flores Magón Spartacus, 2004 ( p.71)


LE FILM

Regard sur un pays où la géographie et l’histoire se retrouvent étroitement mêlées. Au Mexique, tout le monde est mexicain mais pas forcément du « même Mexique ». Les langues vernaculaires (comme le Nahuatl) nous rappellent que nous sommes sur un continent très ancien alors que le pays est très jeune. La société mexicaine est syncrétique mais pas sereine pour autant, les revendications d’appartenances territoriales étant toujours en question aujourd’hui.
Portrait d’un pays à travers ses cent dernières années, c’est-à-dire depuis la Révolution de 1910 avec la reconnaissance des peuples autochtones et la réforme agraire qui a véritablement fait naître une Nation. Le Mexique pourrait alors se figurer comme un corps dont la tête pensante serait : Ricardo Flores Magon, le bras armé : Emiliano Zapata et le ventre : les paysans.

 

UN EXTRAIT DU FILM (merci Zaradoc)

Get the Flash Player to see this content.

//

Il sera projeté dans un mois dans le festival de documentaires latino-américains en banlieue parisienne.

//

L’AUTEUR

François Caron. Réalisateur. Terre Révolutionnaire ©

 

“Influencé par le réalisme magique de l’écrivain mexicain Juan Rulfo, par des films tels que « Route One/USA » de Robert Kramer, « Soy Cuba » de Mikhaïl Kalatozov (non pas dans l’idée du gigantisme formel mais dans celle de l’hommage à un peuple), ou par les expériences du groupe Medvedkine en France dans les années 70, j’ai souhaité aborder ce sujet historique par la parole et l’image des premiers concernés.
Le sujet révolutionnaire c’est imposé de lui-même au cours de l’année passée à rencontrer et à discuter avec des mexicains de toutes conditions et j’ai remarqué que cette histoire n’était pas réglée, comme si la mort (toute relative au Mexique) des principaux protagonistes avaient créé une pensée collective révolutionnaire.
Pour cela, ma première motivation ne fut pas la théorie politique proprement dite de ces années 1910-1920, mais plutôt un questionnement sur la naissance de la citoyenneté mexicaine dans un environnement amérindien très ancien, pour ne pas dire antique. J’avais le sentiment que cette Révolution était, d’une part, consécutive d’une époque coloniale où l’esprit indigène paysan avait été marginalisé et, d’autre part, le reflet d’une volonté de coexistence juste entre deux mondes.” François Caron.

LES IMAGES

 

Mamas

 

Zapata

 

Zapata

///

, ,

Pas de commentaire

Día de los muertos, le Mexique sort les crânes

Fête des morts !

Feliz…

Feliz dia de los muertos. 2011

 

A la niña Catrina :

Ayúdame que no encuentro salidas que me lleven fuera de tu ser,niña perdida me llevas dentro y extraviado en las glorietas del antier. A punto estuve de llorar en tu presencia, querida Catrina. Ahora quiero, mañana muero. Se fragiliza mi cristal de fuerza, me entierra el sabor al sexo donde naces, tu contacto viene a verme mientras sueño, y quiero fingir que quiero pero no puedo, no más, no ahora, no esta noche en la que trato de imaginar que en algun momento aceptaré lo que me deparas.

,

Pas de commentaire

Les Mayas à Paris, la grande la suite…

A Tikal: “je t’ai revu au quai Branly” / A Tikal: “te volvi a ver en el quai Branly”

Israel fue descubierta por un “where you from”, con ayuda de un favor por el libro. En ese instante tenía tu mirada de jaguar, esa, tan interesante que parece descubrir el espíritu de uno, exponiéndolo al desnudo para ser fotografiado por pintores y dibujantes. Esa mirada como la tuya, una mirada extranjera, me ha hecho sentir que estaba entre tu aliento como sucede contigo. Yo te busqué y encontré sólo esa mirada extranjera. Al irnos llegamos al mismo sitio y partimos por diferentes caminos que por futuro sólo tienen a su sombra compañera.

Las vertientes inclinadas están, tal como la base de un vértice; Tikal no es más que un montón de piedras apiladas de tal forma que fueron devoradas por las montañas y su espezor calor, lo que me ha provocado cierto desequilibrio que ahora contracto con lo que me proporciona mi pobre e inútil capacidad; ahora sigo sin probar, sin resultados, y me queda la esperanza de disminuir esta locura por ti para que algún día no muy lejano pueda convertirla en parte de ti.

Israël a été découvert par un “d’où tu viens» avec l’aide d’une faveur pour le livre. A ce moment, j’avais votre regard de jaguar, celui, si intéressant qui semble découvrir l’esprit de soi, et de l’exposer nu pour être photographié par les peintres et les illustrateurs. Ce regard qui ressemble au vôtre, un regard d’étranger, qui m’a fait sentir comme si j’étais dans votre souffle comme ça vous arrive. Je vous ai cherché, et j’ai trouvé que ce regard d’étranger. Au moment de partir, on est arrivé au même endroit et on est parti le long de chemins différents qui ont comme avenir leur ombre compagnon.

Les pentes sont abruptes, comme la base d’un sommet; Tikal est juste un tas de pierres empilées qui furent dévorés par les montagnes et la chaleur épaisse, ce qui m’a causé un certain déséquilibre que je contracte désormais avec ce qui me donne ma pauvre et inutile capacité; maintenant je continue à essayer, en vain, et je ne peux qu’espérer réduire cette folie que j’ai pour vous; en espérant que bientôt elle devienne une partie de vous.

“Grâce à des fouilles récentes, nous sommes en mesure d’apprécier le haut degré de civilisation du peuple maya, loin des préjugés des premiers explorateurs européens, qui, confrontés à la beauté classique des monuments, au raffinement de la statuaire et des céramiques peintes, imaginèrent que les Grecs ou les Romains avaient visité ces nations et influencé les autochtones.
Cette exposition montre combien l’intelligence de l’univers a pu surgir dans des temps reculés et produire un art complexe qui rend compte de l’origine du monde, d’une parfaite acceptation de la mort, où l’idée de sacrifice devient une forme d’exaltation du pouvoir séculier et divin.
 Elle permet également, en concluant sur la culture maya contemporaine, d’établir un lien cohérent entre un passé foisonnant et une société riche encore aujourd’hui d’une vingtaine de langues, forte d’un héritage exceptionnel”.

Par STEPHANE MARTIN, Président du musée du quai Branly.

“Gracias a las excavaciones recientes, podemos apreciar el alto grado de civilización de los mayas, lejos de los prejuicios de los primeros exploradores europeos, que, frente a la belleza clásica de los monumentos, el refinamiento de la escultura y la cerámica pintada, habían imaginado que los griegos o los romanos habían visitado estos países y que habían influido en los indígenas.
Esta exposición muestra cómo la inteligencia del universo ha podido surgir en los tiempos antiguos y producir un arte complejo que refleja el origen del mundo, una perfecta aceptación de la muerte, donde la idea del sacrificio se convierte en un forma de exaltación del poder divino y secular. 
 También permite, concluyendo en la cultura maya contemporánea,  establecer un vínculo coherente entre un pasado pleno y una sociedad rica aún hoy de una veintena de idiomas, de un alto patrimonio excepcional. ”

Por Stéphane Martin, Presidente del Musée du quai Branly.

* GEOGRAPHIE DU GUATEMALA

“La civilisation maya a occupé les actuels territoires du Belize, du Honduras, du Salvador, la partie sud du Mexique et ce qu’on appelle le « cœur du monde maya », le Guatemala. Elle compte aujourd’hui environ 3 000 sites archéologiques officiels, preuve de l’immensité de cet héritage.
Les quelques 25 projets de recherches archéologiques qui ont lieu chaque année au Guatemala mettent au jour de nouveaux éléments qui viennent enrichir le patrimoine culturel guatémaltèque. Ces fouilles permettent généralement de découvrir de remarquables vestiges qui, une fois analysés, aboutissent dans les collections du Museo Nacional de Arqueología y Etnología du Guatemala ; ce musée abrite le fonds le plus riche d’objets provenant de la culture maya et, plus important encore, on connaît, pour la plupart de ces trésors, leur contexte archéologique, ce qui distingue ce fond de nombreux autres.”
Par JUAN CARLOS MELENDEZ MOLLINEDO, Commissaire de l’exposition.

“La civilización maya se ha establecido en los actuales territorios de Belice, Honduras, El Salvador, el sur de México, lo que llamamos hoy el “corazón del mundo Maya “, Guatemala. Hoy cuenta con unos 3.000 sitios arqueológicos prueba oficial de la inmensidad de este legado.
Los 25 pocos proyectos arqueológicos que se realizan cada año en Guatemala están descubriendo nuevos elementos que enriquecen el patrimonio cultural de Guatemala. Estas búsquedas permiten generalmente el descubrimiento de notables ruinas, que, una vez analizadas, terminan en las colecciones del Museo Nacional de Arqueología y Etnología de Guatemala, este museo alberga la más rica colección de objetos de la cultura maya y lo más importante, se sabe, por la mayor parte de estos tesoros, es su contexto arqueológico, lo que distingue a este fondo de muchos otros. ”
Por Juan Carlos Meléndez Mollinedo, Comisario de la exposición.

 

 


“Les anciens habitants du Guatemala vivaient dans des environnements très variés : forêt tropicale, vallées fertiles, rives de lacs, milieux côtiers, collines karstiques, forêts de nuages et vallées volcaniques couvertes de conifères. Accessibles facilement en peu de temps par voie d’eau ou de terre, tous ces environnements étaient étroitement liés.
La région maya est généralement divisée en 3 zones : la côte Pacifique, les Hautes Terres et les Basses Terres. Elles se distinguent par des différences d’altitude notables, et des variations en termes de géologies, d’approvisionnement en eau, de végétation et d’écosystème. Elles coïncident également avec des contrastes d’ordre culturel. Il existe cependant des zones tampon, où les caractéristiques culturelles des Hautes et des Basses Terres se combinent au sein d’une même population”. 

La vie contemporaine des Mayas

“Il existe encore au Guatemala une forte population maya. Le parcours de l’exposition s’achève ainsi par une partie contemporaine qui dresse un portrait actuel de la civilisation maya, au travers d’un multimédia et de photographies de l’artiste Ricky Lopez. Ils permettent de transmettre une vision plus large de la culture maya ancienne et contemporaine, créant un lien entre le passé et le présent.


Les communautés mayas représentent aujourd’hui 55% de la population guatémaltèque. Elles sont constituées de 22 groupes linguistiques (sur les 25 langues parlées que compte le Guatemala, dont l’espagnol), dont les plus représentés sont le k’iche, le mam, le kaqchikel et le q’eqchi’.

Les Mayas contemporains ont conservé certaines de leurs traditions, vestimentaires particulièrement, comme un de leurs symboles identitaires. A l’époque de la colonisation espagnole, l’habillement fut l’un des instruments de la résistance des Mayas qui leur ont permis de conserver intacte leur identité culturelle. Les femmes tissent au métier à ceinture, un art transmis à leurs filles et petites-filles, et parfois même aux garçons de certaines communautés. Le costume typique est toujours porté à l’heure actuelle, que ce soit leur habit de tous les jours ou celui porté lors des cérémonies sociales et religieuses. Ceux qui exercent une fonction particulière au sein de la communauté ont également une tenue spéciale. Les hommes ont eux aussi un costume traditionnel, bien que son port tombe en désuétude ces dernières décennies, surtout dans les environnements citadins ou proches des grandes villes. Les guides spirituels mayas portent aussi un vêtement spécial lors des cérémonies.”


, , ,

Pas de commentaire