Archives de la catégorie art contemporain

Les pinceaux vivants à la musique

Soirée de peinture et de musique, et c’est au :

Noche de pintura y música, en el :

Cinq Plus

5 Rue du Cloître Saint-Merri, 75004 Paris

La peinture est « comme la fenêtre d’une prison, où les lignes, les contours, les formes et la composition sont déterminés par les barreaux ». Yves Klein.

La pintura es “como la ventana de una prisión, donde las líneas, los contornos, las formas y la composición son determinadas por las barras”. Yves Klein

IMG_1817

IMG_1821

La musique coule en live sans arrêt et trois artistes font du happening, des pinceaux vivants, et d’autres pas si vivants. Oji, Miguel et bien d’autres artistes ont créé cette nuit aux pinceaux vivants et à la peinture en live.

poster
Miguel happening
00:00
--
/
--

///

Tout est ce qui ne sera pas quand les traits des plumes animées pleuvront et on se mangera les uns les autres. Peinture avec des notes et un public que, devant ses yeux, regarde une partie de tout ou du rien qui se transformera en tout ce que cette nuit nous donne, merci aux porteurs des couleurs et d’ondes musicales.

Todo es lo que no será cuando los trazos de plumas animadas lluevan y se coman unos a los otros. Pintura con notas y un público que ante sus ojos ve parte del todo o de la nada que se transforma en todo lo que esta noche nos da, gracias a los llevaderos de colores y de ondas musicales.

IMG_1806

C’est au Cinq Plus

 

IMG_1824

, , ,

Pas de commentaire

Cy Twombly, un héritage abstrait made in USA ou pas

30 novembre 2016 – 24 avril 2017

Gallerie 1 du Centre Pompidou à Paris

Galería 1 del centro Pompidou à Paris

« Chaque ligne est une expérience avec sa propre histoire innée. Elle n’illustre pas, elle est la sensation de sa propre réalisation. L’imagerie est d’une indulgence privée ou séparée, plutôt qu’une abstraite totalité de la perception visuelle. » 

Cy Twombly

“Cada línea es una experiencia con su propia historia inata. No ilustra, es la sensación de su propia realisación. Imágenes de una indulgencia privada o separada, mas que una totalidad abstracta de la percepción visual.”

Cy Twombly

IMG_1794 IMG_1795

Twombly, shoot me, shoot la toile, trace de l’héritage de l’expressionnisme abstrait américain et les origines de la culture méditerranéenne.

Twombly, dispárame, tira sobre el lienzo, trazos de la herencia del expresionismo abstracto americano y los orígenes de la cultura mediterranea.

IMG_1796

 

“Une première rétrospective complète de l’œuvre de l’artiste américain Cy Twombly est construite autour de trois grands cycles : Nine Discourses on Commodus (1963), Fifty Days at Iliam (1978) et Coronation of Sesostris (2000). L’exposition retrace l’ensemble de la carrière de l’artiste à travers un parcours de cent quarante peintures, sculptures, dessins et photographies”

J’ai trouvé un article qui me paraît pertinent de lire si vous souhaitez comprendre plus sur l’expo et sur l’artiste, c’est par ici >>

 

Ces toiles (quasiment les plus connues) sont celles surtout des débuts de l’artiste américain, dans les années 50, quand il sort à peine de l’université libre et communautaire du Black Mountain College, où il s’agit pour ses camarades, Rauschenberg notamment, de faire œuvre en effaçant et en faisant silence (John Cage en était aussi). Du coup, la couleur, Twombly s’en passe, préférant faire pleuvoir un crachin aux hachures grises. On dirait que le jeune homme, né en 1928, bredouille, qu’il cherche une piste, tout en jetant, confusément, les marques d’un style. >Liberation>

 

 

 

, ,

Pas de commentaire

Nuit Blanche à Paris

DE L’UTOPIE

(rêves et cauchemars)

Première fois que je rentre dans le Siège du Parti Communiste Français, c’est la Nuit Blanche, le ciel est découvert et les lieux sont surprenants. Un voyage dans le futur avec un passé assez présent. Futur décadent ou passé futuriste, le point de fuite est un S avec une coupole au sol… et voici les toilettes.

 Primera vez que entro en el Edificio del Partido Comunista Francés, es la “Nuit Blanche”, el cielo está despejado y el lugar es sorprendente. Un viaje en el futuro con un pasado bastante presente. Futuro decadente o pasado futurista, el punto de fuga es una S con una cúpula en el suelo… y aquí están los baños.
IMG_1562 IMG_1564 IMG_1565 IMG_1566

Pour le reste il fallait y aller pour le découvrir. Expo avec de belles photos froides où le temps est suspendu…le silence, petit concert dans une salle genre Odyssée de l’espace. Sous la coupole: des animations, performances, projections… Voyage au coeur de ce monument historique d’Oscar Niemeyer.

Para ver el resto había que ir para descubrirlo. Expo de bellas fotos frías donde el tiempo está suspendido…el silencio, concierto en una sala tipo Odisea en el espacio. Bajo la cúpula: animaciones, performances, proyecciones… Viaje al corazón de este monumento histórico de Oscar Niemeyer.

STALINGRAD

Matthieu Poli -Monolithe de l’infini

nuit blanche stalingrad
00:00
--
/
--

 

, , ,

Pas de commentaire

Et si on allait crâner ? Sakura

Expo à la Galerie Sakura à Paris

L’art de crâner

du 2 Juillet au 2 Octobre 2016

Aphrodisiaque sourire de la mort, plusieurs artistes s’inspire de ce jour, incontestable réalité de l’être, et une fête mexicaine qui fait allusion à toi. 

Vingt-cinq artistes réinterprètent ta tête, irrésistible et insatiable mort.

///

Afrodisiaca sonrisa de la muerte, varios artistas se inspiran de este día, incontestable realidad del ser, y una fiesta mexicana que hace alusión a ti.

Veinticinco artistas interpretan tu cabeza, irresistible e insaciable muerte.

sakura02

Julia Kuzmenko © garoli

 

jkuzmenko1

Julia Kuzmenko ©

sakura01

sakura03

sakura04

sakura07

Clovis Lalanne © garoli

sakura06

Galerie Sakura

21 rue du Bourg-Tibourg
75004 Paris
///

, , , , ,

Pas de commentaire

Emma Seneze

Le dessin contemporain d’émancipation:

une inquiétante étrangeté.

Emma Seneze © blogart

Emma Seneze © blogart

Une singulière curiosité inonde les passants des terrasses, des yeux se posent sur les histoires qui font de leurs gestes des étonnants traits. On appartient à l’imaginaire éphémère et narrative, quand nous les passants des terrasses, on se trouve devant le regard du crayon. Emma Seneze et le contemporain d’une fumé qui délaisse le sourire et l’étrangeté.

En interview, elle a des bidules et des babioles à faire revivre dans son monde, écoutez-la:

emma seneze
00:00
--
/
--

///

http://www.emmaseneze.com

http://emmaseneze.tumblr.com

Emma Seneze © blogart

Emma Seneze © blogart

emma_seneze_03

Emma Seneze © blogart

emma_seneze_04

Emma Seneze © blogart

emma_seneze_06

Emma Seneze © blogart

emma_seneze_07

Emma Seneze © blogart

emma_seneze_01

Emma Seneze © blogart

 

, , ,

Pas de commentaire

Kahrs au Plateau

Johannes Kahrs

Then, maybe, the explosion of a star

12.05 – 24.07.16

Emblématique regard de la peinture à travers la photo, le portrait non reconnaissable, le mystère du pas net.

C’est au Plateau de Paris et c’est GRATUIT 

light palm

light palm

large

large

IMG_1128

Né à Brême (Allemagne) en 1965, Johannes Kahrs vit et travaille à Berlin. Son travail se déploie sur différents supports, tels que le dessin, la vidéo ou les installations sonores, mais Johannes Kahrs est avant tout connu pour son œuvre picturale. Généralement réalisées à partir de photographies (issues des médias ou de ses archives personnelles), ses peintures, pourtant délibérément réalistes, évitent soigneusement toute narrativité : en isolant son sujet et en éliminant tous les détails qui participent du contexte de l’image d’origine, Johannes Kahrs rend vaine toute tentative d’en connaître la source première. Le Plateau Paris

radisson / leg on bed

radisson / leg on bed

IMG_1133

 

 

amy

amy

, , ,

Pas de commentaire

Warhol, les choses ennuyeuses

Toujours cette méthode mécanique et répétitive mais toujours faite à la main. / Siempre este método mecánico y repetitivo pero siempre hecho a mano.

C’est au musée de Guggenheim Bilbao. Du 26 février 2016 au 2 octobre 2016. / En el museo Guggenheim Bilbao del 26 de febrero al 2 de octubre 2016.

Il a réalisé, avec l’aide de personnes de son entourage dans la Factory, une œuvre monumentale intitulée Ombres (Shadows). 102 oeuvres dans un seul tableau, dont le nombre définitif a été déterminé par les dimensions de l’espace où elle est installée. 

/

Realizó, con la ayuda de personas de su entorno en la Factory, una obra monumental intitulada Sombras (Shadows). 102 obras en un solo cuadro, cuya cantidad definitiva fué determinada por las dimensiones del espacio donde ha sido instalada.

/

 Les Ombresfurent créées à l’aide de sept ou huit écrans, comme le prouvent les légères différences d’échelle des zones sombres et la présence de points lumineux aléatoires. Tout au long des murs de la salle se succèdent en alternance le positif et le négatif des « ombres ».” Guggenheim Bilbao

 

Andy Warhol

Andy Warhol

IMG_0729

Andy Warhol

“Un fait important et intéressant concernant les Ombres est l’irréproductibilité de cette soi-disant reproduction, un thème qui remet en cause l’esthétique du « plagiat » de Warhol et qui définit son projet comme essentiellement pictural.” Guggenheim Bilbao

“Un hecho importante e interesante de esta obra es la no reproductibilidad de esta dicha reproducción, un tema que cuestiona la estética del “plagia” de Warhol y que define su proyecto como esencialmente pictural” Guggenheim Bilbao

IMG_0730

Andy Warhol

, , ,

Pas de commentaire

Louise Bourgeois dévoilée au Guggenheim

« L’espace n’existe pas ; il n’est qu’une métaphore de la structure de notre existence ». Louise Bourgeois

Expo au Guggenheim jusqu’au 4 septembre 2016

IMG_0724

L’âme prend feu !

Donne-moi un bisou colibri, car quand on arrête d’aimer l’âme prend feu. Chacun avec son propre crayon et on partage le papier. Elle s’habille en noire moi en gris, elle va à droite moi à gauche. Un pied commence à fatiguer, les yeux, les mains, les coeurs ne trouvent pas les miens. A bientôt, on se vera, on vera, moi je veux bien voir, boire, croire et actuar.

IMG_0736

IMG_0735

IMG_0734

IMG_0723

, , , ,

Pas de commentaire

WASTELAND

Wasteland. New Art from Los Angeles

L’exposition collective Wasteland. New Art from Los Angeles se déploie dans deux espaces, le Mona Bismarck American Center à Paris et la Galerie Thaddaeus Ropac à Pantin, du 12 mars au 17 juillet 2016.

L. A. s’expose à Rodac, poème de la modernité, The Waste Land (Terre vaine) de T.S. Eliot, est le fil conducteur de cette petite expo à la galerie Ropac (à voir !)

La exposición colectiva Wasteland. New Art from Los Angeles se encuentra en dos lugares, el Mona Bismarck American Center en París y la Galeria Thaddaeus Ropac en Pantin, del 12 de marzo al 17 de julio 2016.

L.A. se expone en Rodac, poema de la modernidad, The Waste Land de T.S. Eliot es el fil conductor de esta pequeña expo en la galería Ropac (a ver!)  

IMG_0588

Father and son by Ry Rocklen © garoli

Father and son by Ry Rocklen © garoli

Death by water 1968: students at the Sorbonne University protest and riot, Paris. by Daniel Joseph Martinez © garoli

Death by water 1968: students at the Sorbonne University protest and riot, Paris. by Daniel Joseph Martinez © garoli

 

Comment les années passent sans avoir de tes nouvelles, poétique du désespoir, sans rien savoir. L’eau vient non seulement de là haut mais aussi de cette rivière, tu te rappelles ? Incertitude et il se passe quelque-chose sans rien dire, mais les traces des pieds nus, cassés et sales font de leurs tissus le corps extasié. Et le nid reste réduit au fidèle son de la guitare, tonne ciel lointain qu’ici se chantent les eaux. Survient pluie maudite, qu’ici j’ai un autre petit peu et je m’en vais que je me mouille. 

Como pasan los años sin saber de tí, poetique du désespoir, sin saber nada. El agua viene no solo de arriba sino también de aquel rio, recuerdas ? Incertitud y algo pasa sin mencionar nada, pero las pisadas de los pies desnudos rotos y sucios hacen de sus telas el cuerpo. Y el nido queda reducido al fiel sonido de la guitarra, truena cielo lejano que aquí se cantan las aguas. Llueve maldito, que aquí tengo otro tantito y ya me voy que me mojo. Pero antes, un momento de silencio a esta soledad por el viejo.

 

IMG_0593

IMG_0594

, ,

Pas de commentaire

Urban Safari 11 – Du Pays Basque à Madrid

Petites légumes du ciel torride font lever la marée de San Sebastian, le vas et viens éternel, constant, comme la pluie horizontale. Du sable dans les idées, que vais-je faire avec ? Une mère changeante, de fois oubliée mais pas complètement. Verte et imposante montagne qu’habille le ciel et ne mets pas de sous-vêtements, visages perçants et marches rapides au pas galopant, croisent les voyageurs de ce pays de pêcheurs. Baleine, petite baleine, merci de nous avoir nourri avec ton élan éteint. Un Pays Basque de douceur battante.

Et quand la lumière a donné l’état du ciel, les dieux avec une énergie décadente ont dit : à boire et à bouffer que le monde va bientôt finir. 

Verduritas del cielo torrido hacen crecer la marea de San Sebastian, el va y ven eterno, constante, como la lluvia horizontal. Arena en las ideas, qué voy a hacer con esto ? Un mar cambiante, a veces olvidado pero no completamente. Verde e imposante montaña que viste el cielo y no pone ropa interior, rostros que perforan y pasos rápidos galopantes, cruzan a los viajeros de este país de pescadores. Ballena, ballenita, gracias por habernos alimentado con tu elan apagado. Un País Vasco de dulzura oscilante.

Y cuando la luz ha dado el estado del cielo, los dioses con ánimo decadente han dicho : a beber y a tragar que el mundo se va a acabar.

Espagne 2016 ©

Bilbao 2016 ©

 

IMG_0761

IMG_0762

IMG_0776

IMG_0777

IMG_0835

IMG_0836

IMG_0837

IMG_0838

IMG_0846

IMG_0847

IMG_0851

IMG_0887

IMG_0935

, ,

Pas de commentaire